Mission: Impossible - Fallout [Cinéma]

"Fallout", le sixième film de notre équipe préférée d'IMF arrive sur grand écran et ne vous laissera pas indifférent. Nous y retrouvons Ethan Hunt (Tom Cruise), Luther Stickell (Ving Rhames) et Benji Dunn (Simon Pegg) au travers des répercussions d'une mission manquée où trois sphères de plutonium se retrouvent dans les mains de l'ennemi. La patronne de la CIA s’interroger sur la pertinence de l'IMF et décide de compléter à sa façon la mission. L'agent August Walker (Henry Cavill que je n'avais vraiment pas reconnu - Superman) est envoyé pour mettre des bâtons dans les roues de Hunt, voir même l'éliminer. S'en suivra un jeu d'aide/haine entre les deux agents, mais Hunt aura son équipe derrière lui en plus de gens de son passé.

Il y a longtemps que je n'ai pas assisté à un tel défilement d'action sans compromis. J'étais littéralement sur le bord de mon siège à plusieurs reprises (je suis certain que j'ai dérangé la personne sur le banc derrière moi). Le scénario est bien écrit, orchestré de main de maitre par le réalisateur Christopher McQuarrie (dont ses quatre longs-métrages précédents l'ont amené à travailler également avec Tom Cruise). Ayant aussi réalisé "Rogue Nation", il connait bien les personnages et la capacité de ses acteurs. Cela nous amène un élément de comédie (surtout avec Pegg), des scènes d'action à couper de souffle (quel travail extraordinaire des cascadeurs… et de Tom Cruise lui-même!) et des surprises dignes du nom "Mission: Impossible". Ce que j'ai aimé encore plus, c'est que l'on n'a pas vraiment besoin d'avoir vu les autres films de la série ("MI1", "MI2", "MI III", "Ghost Protocol" et "Rogue Nation") pour bien apprécier ce long-métrage. Il se tient bien debout par lui-même, et ce, même si on ne connait pas tous les personnages. On s'attache à eux facilement, empathique à leur situation.

"Mission: Impossible - Fallout" est disponible en 3D (où la technologie est offerte). La version que j'ai pu visionner était la régulière, mais laissait y voir bien de possibilité où le 3D devait être fantastique. Si le choix est à faire, je crois bien que l'option 3D est favorable. La piste sonore offrait une ambiophonie vraiment superbe dans la salle où j'étais au point de tourner la tête quelques fois pour voir d'où l'effet sonore venait. J'étais enveloppé bien serré dans un drap sonore qui incluait bien sûr les notes du thème musical pour souligner les bons coups. La cinématographie de Rob Hardy était vraiment belle. Certaines séquences étaient très léchées, surtout les moments parisiens. Il y a aussi les cauchemars d'Ethan Hunt qui versaient une impression de perte de contrôle du personnage. Mais majoritairement, c'est notre tête qui perdait le contrôle, parce que tout se passait tellement vite que l'on n'avait pas le temps de réfléchir à ce qui venait de se passer et de ce qui pourrait arriver ensuite. C'est la recette d'un bon film d'action qui cette fois-ci ressemble plus à une montagne russe qui n'a fait que de monter pendant presque deux heures et demie!



Ce film est présentement en salles.

Messages les plus consultés de ce blogue

Surveillez cet espace...

Rampage [Blu-ray]

Jean-Claude Van Johnson [Prime Video]